Koh Samui Elephant sanctuary

Temps de lecture: 5 minutes

Koh Samui Elephant Sanctuary

En septembre 2018, alors que j’étais en Thaïlande, à Koh Samui, j’ai découvert qu’ils avaient ouvert le sanctuaire d’éléphants sur l’île du nom de Koh Samui Elephant Sanctuary, plus tôt dans l’année 2018. Je voulais visiter ce refuge qui est sur le même concept que l’Elephant Nature Park à Chiang Mai où je n’ai jamais été mais dont j’en ai entendu beaucoup parlé à travers les documentaires.

Le refuge d’éléphants à Koh Samui 

Le Koh Samui Elephant Sanctuary a ouvert en janvier 2018 comme étant le premier refuge de l’île. Ils ont commencé avec 5 éléphants dont 2 bébés et 3 âgés puis 5 éléphants de plus les ont rejoins, pour en avoir, au total 10. Dans ce refuge, les éléphants ont leur propre espace avec une piscine dans laquelle ils peuvent s’y baigner autant de fois qu’ils le veulent. Ils peuvent aussi se promener librement dans le parc.

L’Elephant sanctuary a été inspiré par le travail de Lek Chailert qui est la fondatrice de l’Elephant Nature Park et de la Fondation Sauver les éléphants. C’est le premier refuge à adopter un modèle de zéro trekking. Elle a aussi fait changer d’avis le propriétaire du refuge d’éléphants qui a pris 10 éléphants pour les faire travailler à Ko Samui. En effet, elle est venu à Samui pour lui expliquer de ne pas faire travailler les éléphants et, c’est là qu’il a ouvert ce petit refuge qui est devenu le premier sur l’île de Ko Samui.

En 1989, le gouvernement a banni ce travail à cause de la disparition des arbres teck et les propriétaires d’éléphants se sont tournés vers l’industrie du tourisme avec les balades à dos d’éléphants pour les touristes qui ont commencé à devenir populaires, il y a 10 ans en Thaïlande avec une importante part de touristes qui voulaient faire cette expérience.

C’est devenu un tourisme de masse avec 80% des touristes qui choisissaient les balades à dos d’éléphants contre 20% qui soutenaient plutôt les refuges, c’était il y a de cela 10 ans. De nos jours, la tendance a changé avec 40% qui continent de faire des balades à dos d’éléphants et 60% qui soutiennent des refuges. Dans cette industrie, les éléphants travaillent 8 heures par jour et 7 jours par semaine.  Au delà de travailler dur, les éléphants sont maltraités par leur propriétaires appelés Mahouts ou cornacs qui utilisent des serpettes pour les contrôler en les plantant dans les endroits sensibles comme les oreilles. A cause de ce traitement, les éléphants se retrouvent à avoir des cicatrices dues aux blessures sur leur tête, et aussi sur leur corps.

A Koh Samui Elephant Sanctuary, tous les pensionnaires viennent de différents endroits de Thaïlande, tous issus de cette industrie touristique autour des éléphants. Ils sont, maintenant, à la retraite et en séjournant dans ce refuge, ils ont vu leur vie changer en n’ayant aucune obligation de devoir travailler pour les touristes.

A l’Elephant Sanctuary, deux identiques programmes sont proposés pour les gens qui veulent visiter ce refuge. Ils peuvent choisir entre venir le matin ou l’après-midi, ils apprennent le bon comportement à adopter devant un éléphant, les observer dans leur environnement au refuge et comment les éléphants sauvages vivent dans la nature.

Dans la nature, les éléphants ne travaillent jamais, ils ne se baladent pas avec des gens sur leur dos, ils ne jouent jamais au football ou ne font jamais de peinture. Toutes ces activités sont entraînées par les humains pour le plaisir des touristes qui n’ont aucune idée sur les conditions dans lesquelles ils vivent, et comment ils sont traités par leur Mahout ou cornac.

Beaucoup de tours opérateurs incluent dans leur programme, une activité avec les éléphants parce qu’il y a beaucoup de touristes qui veulent faire l’expérience de se balader à dos d’éléphant.

Ko Samui Elephant sanctuary

L’industrie du tourisme d’éléphants

La plupart des touristes ne sont pas conscients des abus qu’il y a sur les éléphants dans cette industrie touristique et beaucoup d’entre eux vont en Thaïlande dans l’espoir de se balader à dos d’éléphants et prendre des selfies avec eux. Ce qui est important de garder en tête est que tous ces éléphants sont sauvages, ils sont en captivités et malgré cela, ils gardent leur instinct et comportement naturels même si ils travaillent avec des touristes. Dans cette industrie, les éléphants sont entraînés sous la peur, les douleurs et la force.

Les éléphanteaux sont arrachés de leur mère alors qu’ils ont une année pour subir le processus appelé Phajaan. Ce processus est sous le contrôle d’un Mahout qui est le propriétaire d’un seul éléphant à la fois. Le but de ce processus qui commence avec les bébés est de briser leur « esprit d’éléphant » en perdant l’envie de vivre et lorsqu’ils sont petits qu’ils sont complètement contrôlable. Battus, enchaînés, affamés, c’est de cette manière là qu’ils sont traités par leur Mahout. Ils apprennent aussi à avoir peur de la serpette que le Mahout utilise pour les contrôler et qu’ils utiliseront pendant plusieurs années. Les éléphants n’oublient jamais ce rituel de 6 jours appelés Phajaan.

Le but final de ce processus est d’entraîner les éléphants à travailler avec les touristes en les forçant de les prendre sur leur dos. Ils sont aussi fréquemment utilisés dans des shows pour des danses, jouer des instruments ou encore jouer au football…

Les treks sont la principale activité dans cette industrie et pour cette activité, les éléphants commencent de travailler alors qu’ils sont jeunes. Sachant que leur corps est en pleine croissance et développement, porter des gens sur leur dos va causer des problèmes de santé sur du long terme.

En effet, les éléphants travaillent de longues heures à porter des gens sur leur dos sans avoir ni eau, ni nourriture et aucune possibilité de se reposer dans la journée et qu’ils portent, en plus du poids des gens, de lourds bancs mis sur leurs épines dorsales qui peuvent provoquent des dommages à leur dos et amener à des douleurs importantes.

Chaque éléphant ne va uniquement porter un touriste mais il va porter de multitudes de touristes dans une journée pour une seule chose : l’argent !

Ko Samui Elephant sanctuary

Et que se passe-t-il quand ils ne travaillent pas ?

Quand ils ne travaillent pas, ils vivent enchaînés avec de courtes chaînes au niveau des pattes avant et arrière leur restreignant tout mouvement.

Elephant Nature Park

L’Elephant Nature Park est un concept qui a commencé en 1992 avec Lek Chailert qui en est la fondatrice. Elle a commencé à sauver des éléphants avec 83 éléphants, au début. Le parc principal est situé à Chiang Mai, dans le nord de la Thaïlande qui est un centre de réhabilitation et un refuge. Ils reçoivent des éléphants qui viennent de l’industrie touristique des éléphants afin de leur donne de beaux jours pour le rester de leur vie.

Ko Samui Elephant sanctuary est un endroit que j’ai découvert lorsque je me trouvais sur l’île de Ko Samui, je connaissais déjà l’Elephant Nature Park à Chiang Mai. Cependant, je n’avais aucune idée qu’un refuge d’éléphants avait ouvert alors voulant connaître les raisons de cette ouverture et surtout les dessous du tourisme d’éléphants en Thaïlande, je me suis dit que c’était le bon endroit pour avoir des informations en plus de connaître leur concept même si j’avoue que j’avais déjà une vague idée m’étant renseigné sur l’Elephant Nature Park de Chiang Mai.

Ce refuge a un coût qui est de 3’000 Baht soit environ 100.- (francs suisse ou euros) pour une journée de visite avec un repas végétarien offert.

CATEGORIES​
LATEST ARTICLES​

Laisser un commentaire

TheOriginsEarthTheBlog-logo

« La Planète Terre est une oasis à elle toute seule avec des écosystèmes variés qui ont chacun leur place et leur rôle à jouer. Une planète qui nous apporte tant et qui doit être, à son tour, respectée et protégée. » 

CONTACT
SIÈGE SOCIAL

Suisse

Newsletter

Inscrivez-vous ici pour recevoir les dernières nouvelles, mises à jour et offres spéciales dans votre boîte aux lettres électronique.

©2022 • The Origins Earth • Tous droits réservés

DESIGNED & DEVELOPED BY

error: Content is protected !!

Dernier article

Environnement

Stop aux masques, ce gros fléau planétaire

Reading Time: 4 minutes Stop aux masques, ce gros fléau planétaire Une pollution loin des yeux des gens mais qui est bien réelle C’est environ 500 milliards de masques